🔥 Testez la nouvelle application mobile Ty Waste ! 📱 Je m’inscris 🔥

Comment faire naître le partage entre entreprises ?

Comment faire naître l’écologie industrielle et territoriale (EIT) ?

Modèle économique basé sur la collaboration entre les acteurs économiques d’un territoire, l’écologie industrielle et territoriale est un concept de plus en plus plébiscité à juste titre et pour plusieurs raisons.

D’un côté, les entreprises font face à des incertitudes croissantes concernant leurs approvisionnements en matières premières et en énergie. De l’autre, les pouvoirs publics misent sur ces démarches pour réduire la quantité de ressources nécessaire pour faire tourner l’économie ainsi que pour développer des territoires plus attractifs et plus résiliants.

Mathieu, animateur d’écologie industrielle et territoriale chez Ty Waste, nous partage sa vision de ce modèle et ses conseils pour faire naître la collaboration entre professionnels.

Atelier de synergies

Les ateliers de synergies sont les temps forts des démarches de collaboration entre professionnels

Bonjour Mathieu, peux-tu te présenter ?

Bonjour Romain, je m’appelle Mathieu, j’ai grandi en Bretagne et j’habite à Vannes. J’ai travaillé plusieurs années dans le domaine du recyclage de déchets industriels, dans les services commerciaux, mais également en exploitation. Aujourd’hui, j’aide les organisations à réduire leurs déchets en animant des démarches d’écologie industrielle et territoriale et recherchant des filières de réemploi pour certaines entreprises.

Pourrais-tu expliquer ce qu’est pour toi l’écologie industrielle et territoriale ?

Dans la sphère privée, on a pris l’habitude de partager et de réemployer. Emprunter une échelle à son voisin, échanger son logement pour partir en vacances, faire du covoiturage ou revendre les vêtements que l’on ne met plus, tous ces réflexes découlent d’une logique de partage de ressources inexploitées. L’écologie industrielle et territoriale, c’est tout simplement faire la même chose dans la sphère professionnelle.

La différence, c’est que les professionnels sont contraints dans leurs échanges par de nombreuses exigences : les normes de qualité, les délais d’approvisionnement, la contractualisation des transactions, les fréquences de commandes, etc.

Pour réussir à créer de l’écologie industrielle et territoriale, il faut réussir à surpasser ces freins et à fédérer les acteurs sur la durée autour de la démarche. Il faut également organiser des rencontres dédiées spécifiquement à ce sujet.

Pour en savoir plus, jetez un coup d’œil à notre article sur l’Ecologie Industrielle Territoriale

Ty Waste anime un atelier économie circulaire

Photo : Atelier de synergies à Belle-île-en-Mer

Comment se déroule une démarche d’écologie industrielle et territoriale ?

Mobiliser les entreprises 
Pour réussir à faire naître de la collaboration, le plus important est d’avoir un noyau d’acteurs motivés pour collaborer. La première étape de la démarche consiste donc à rencontrer des entreprises, mais aussi des associations, coopératives et organisations publiques du territoire pour identifier les acteurs déjà engagés et convaincus de la pertinence de la démarche. C’est sur cette base d’acteurs que les premiers échanges pourront se structurer, ce qui permettra de montrer l’exemple pour les autres entreprises par la suite.

Organiser des ateliers
Une fois une vingtaine d’acteurs mobilisés, nous pouvons commencer à organiser des ateliers de synergies. Ces ateliers sont des temps d’échanges permettant à chaque acteur de partager ses problématiques et de tenter de les résoudre collectivement. C’est lors de ses ateliers qu’apparaissent des pistes de synergies entre participants. Pour faire vivre la démarche, il faut organiser des ateliers régulièrement, à raison d’une rencontre trimestrielle de mon point de vue.

Suivre la démarche
Entre les ateliers, il est primordial de ne pas laisser la dynamique s’essouffler. Pour cela il faut continuer à animer le groupe en relançant les participants sur les synergies identifiées lors des ateliers et en les accompagnant pour faire aboutir les échanges.

Ty Waste lauréat des trophées de l'éco

Crédit photo : Golfe du Morbihan – Vannes Agglomération

Comment faire collaborer les entreprises entre elles ?

“100 % des participants ont quelque chose à proposer”

Il y a plusieurs choses qui freinent les organisations dans l’idée de partager leurs ressources. La première, c’est que certaines entreprises ne voient pas ce qu’elles pourraient proposer aux autres et inversement, ne voient pas ce que les autres pourraient leur apporter. Pourtant, lors des ateliers, 100 % des participants ont quelque chose à proposer. Un autre frein est que les entreprises manquent souvent de temps pour se consacrer à ce type de démarche.

Créer un cadre de confiance

Pour que les entreprises puissent collaborer entre elles, il est impératif de créer un cadre de confiance. Concrètement, pour un animateur, il s’agit de montrer que l’on connaît le territoire et ses enjeux, que l’on s’intéresse à leurs problématiques et surtout montrer des exemples de collaborations qui existent déjà et dont ils vont pouvoir s’inspirer.

C’est ce cadre de confiance que nous nous efforçons de créer lors de nos animations de démarche avec Ty Waste. Lors des ateliers, je laisse toujours aux participants un temps pour se présenter. Je fais également des mises en situation pour que les participants puissent se projeter et réfléchir ensemble. Notre outil Ty group permet également de collaborer en dehors des ateliers en offrant une plateforme en ligne sur laquelle les participants peuvent se retrouver.

Un conseil pour les entreprises souhaitant s’engager dans des démarches d’économie circulaire ?

Dites-vous que vous n’êtes pas seul à avoir cette volonté et que tout le nécessaire existe déjà pour passer à l’action ! Contactez votre collectivité et votre chambre de commerce, elles disposent certainement d’un interlocuteur qui pourra vous orienter. Rejoindre un club d’entreprise est également un bon moyen pour partager ses bonnes pratiques et déclencher des synergies.

Si vous avez des idées de partage ou de mutualisation, ne vous limitez pas aux freins techniques, financiers et administratifs qui peuvent vous bloquer. Aujourd’hui de nombreuses solutions sont possibles en termes de mutualisation de service et des contrats peuvent être faits facilement pour sécuriser les transactions, les locations et la mise à disposition de salariés. 

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Partager sur email
This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

Qu’est-ce que l’écologie industrielle et territoriale (EIT) ?

Qu’est-ce que l’écologie industrielle et Territoriale (EIT) ?

Alors que la pression sur les ressources naturelles s’accentue, de nouveaux modèles économiques basés sur une utilisation plus intelligente des ressources émergent. Economie de la fonctionnalité, éco-conception, écologie industrielle ou encore économie collaborative sont autant d’expressions que vous pouvez lire ou entendre sans vraiment comprendre de quoi il en retourne. Tous ces modèles et concepts sont en fait des composantes de l’économie circulaire et partagent un but commun très simple : produire autant voir davantage en utilisant moins de ressources. Le concept d’écologie industrielle et territoriale (EIT) ne déroge pas à la règle et met en avant les synergies entre organisations pour optimiser l’utilisation des ressources.

écologie industrielle et territoriale (EIT)

L’écologie industrielle et territoriale s’inspire des écosystèmes naturels pour optimiser l’utilisation des ressources

La définition de l’écologie industrielle et territoriale

Un concept inspiré des écosystèmes naturels

L’écologie industrielle et territoriale est un concept s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes dans lesquels chaque organisme contribue au fonctionnement de l’ensemble. Par opposition à une économie classique où chaque entreprise évolue indépendamment des autres, l’EIT vise à créer des synergies entre organisations pour mieux utiliser les ressources d’un territoire. 

L’écologie industrielle et territoriale est définie par le Ministère de la transition écologique comme “la mise en commun volontaire de ressources par des acteurs économiques d’un territoire, en vue de les économiser ou d’en améliorer la productivité.” (Ecologie.gouv).

Un des 7 piliers de l’économie circulaire

L’écologie industrielle et territoriale est un des sept piliers de l’économie circulaire définis par l’ADEME. Elle intervient dans le domaine de l’offre des acteurs économiques et également dans celui de la gestion des déchets. Les démarches d’EIT permettent en effet de réduire la quantité de ressources et d’énergie nécessaire pour assurer l’activité d’une zone économique.

économie circulaire

Les 7 piliers de l’économie circulaire répartis en 3 domaines d’action

Si le terme est encore aujourd’hui peu répandu, les démarches d’écologie industrielle et territoriale se multiplie en France depuis plusieurs années et cela pour une bonne raison. Les retours d’expérience montrent que les acteurs économiques ayant développé des synergies dans le cadre d’une démarche d’EIT ont gagné en résilience et en performance économique en plus de développer des emplois locaux et de diminuer leur impact environnemental. Les pouvoirs publics soutiennent ainsi chaque année plusieurs expérimentations d’EIT pour généraliser ces démarches.

Comment faire de l’écologie industrielle et territoriale ?

Comprendre le concept d’EIT est un bon début, savoir comment le mettre en application à l’échelle d’un territoire, c’est encore mieux ! Voici quelques éléments à connaître avant de se lancer dans une démarches d’EIT.

Les différents types de synergies

Il existe deux grandes catégories de synergies inter-entreprises permettant d’améliorer la productivité des ressources :

  • Les synergies de substitution : ce type de synergie représente la valorisation et l’échange de matière et d’énergie entre entités. La substitution consiste à remplacer une ressource généralement achetée neuve par une ressource issue du réemploi. Les déchets et co-produits des uns deviennent les ressources des autres !

Exemples :

La chaleur résiduelle d’une usine utilisée pour chauffée une serre agricole.

Un plasturgiste récupère les films plastiques des entreprises de sa zone d’activité pour produire des granulés de plastique recyclés.

  • Les synergies de mutualisation : Il s’agit ici d’approvisionnements communs entre plusieurs entreprises. Ces synergies peuvent concerner l’achat groupé de produits, la mutualisation services et prestations ou encore le partage d’équipements, de locaux ou de ressources. La mutualisation permet aux entreprises de diminuer les coûts d’achats tout en réduisant l’impact environnemental de l’approvisionnement.

Exemples :

Des entreprises d’une zone industrielle regroupent leur collecte de déchets pour réduire les coûts et pouvoir collecter une plus grande diversité de matières.

Plusieurs entrepôts achètent des palettes en commun pour réduire les coûts de logistique et réaliser des économies d’échelle.

Une plateforme de covoiturage dédiée à une zone d’activité permettant aux travailleurs de mutualiser le transport.

Les ateliers de synergies inter-entreprises

Parfois appelés bourses aux déchets, les ateliers de synergies inter-entreprises sont au coeur d’une démarche d’écologie industrielle et territoriale. Ces ateliers sont des moments clés pour regrouper les différentes organisations d’un territoire ou d’une zone d’activité afin de réfléchir collectivement aux différentes synergies qu’elles pourraient mettre en place. Chaque organisation commence généralement l’atelier par lister les ressources, espaces ou services qu’elle pourrait mettre à disposition des autres entreprises ou bien dont elle aurait besoin. Un tour de table sert ensuite à détecter des synergies potentielles entre organisations et à identifier des problématiques communes.

Pour développer une réelle démarche d’EIT, il est primordial d’effectuer régulièrement des ateliers de synergies avec les mêmes participants afin de créer de l’intelligence collective et de faire aboutir les synergies détectées au départ. Au fil du temps, les ateliers peuvent évoluer sous forme d’ateliers thématiques avec un nombre de participants plus restreint afin de travailler sur des problématiques précises.

Le rôle de l’acteur tiers

Pour concrétiser une démarche d’écologie industrielle et territoriale, l’intervention d’un acteur tiers chargé de l’animation est indispensable comme le souligne le guide pour la mise en oeuvre des synergies inter-entreprises construit par le Ministère de la transition écologique en collaboration avec le réseau national de l’EIT Synapse. Le rôle d’animation peut être assuré par différentes structures. L’acteur tiers peut par exemple être une collectivité, une association, un cabinet de conseil extérieur ou une chambre de commerce.

Cet intermédiaire est chargé de la mobilisation des organisations du territoire concerné, de l’organisation des différents ateliers de synergies et de l’identification des synergies potentielles. L’acteur tiers est également précieux pour surmonter les obstacles réglementaires, techniques ou organisationnels à la réalisation de synergies. L’animateur permet de créer un cadre de confiance pour faciliter les échanges et la communication entre organisations.

Les projets d’écologie industrielle et territoriale en France

Depuis 2010, plusieurs expérimentations d’écologie industrielle et territoriale ont vu le jour, à l’initiative de la collectivité ou bien d’un rassemblement de dirigeants. Voici quelques exemples de démarches abouties :

  • Biotop à la Rochelle : Démarche initiée par le Club d’Entreprises de Périgny pour développer l’EIT au sein d’une zone d’activité. L’animation du projet à été confiée à l’association Sphère(s). Fort de son succès, la démarche s’est pérennisée avec la création de l’éco-réseau Biotop qui compte aujourd’hui plus de 150 entreprises adhérentes ! Il s’agit d’un des territoires français les plus avancés et exemplaires en termes d’EIT
  • CLES à Strasbourg : Regroupant aujourd’hui plus de 300 entreprises de la Zone portuaire de Strasbourg, la démarche initiée en 2013 associe la mutualisation de ressources, une gestion spécifique des déchets et de nombreux partenariats pour en faire un véritable pôle d’EIT.
  • TETRIS à Grasse : La volonté de faire collaborer les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) avec les entreprises de Grasse a donné naissance à la SCIC TETRIS : « Transition Écologique Territoriale par la Recherche et l’Innovation Sociale ». TETRIS est désormais un laboratoire pour expérimenter de nouvelles formes de collaboration entre acteurs avec un tiers-lieu accueillant un centre de formation.

Vous pourrez retrouver plusieurs analyses de démarches d’EIT dans cette étude.

Et Ty Waste dans tout ça ?

Chez Ty Waste, nous accompagnons les collectivités et les réseaux dans l’organisation et l’animation d’ateliers de synergies inter-entreprises

Nous développons également l’outil Ty Group, plateforme numérique combinant un site d’annonces avec un réseau social dédié à l’animation de démarches d’EIT et à l’organisation d’ateliers de synergies.

📩 Contactez-nous si vous souhaitez en discutez

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur google
Partager sur email
This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

Vous avez terminé votre inscription ?

Formulaire d'inscription

Bienvenue sur Ty Waste, la plateforme du réemploi et du recyclage pour les professionnels !
En remplissant le formulaire d’inscription, vous pourrez poster des annonces pour vendre, donner ou rechercher des matières et produits.
C’est une manière simple et gratuite de devenir un acteur engagé pour une économie circulaire !

  •  
    Strength indicator
  •  
  •  
  •  
    S’identifier | Mot de passe oublié

Connexion

Pas encore membre ?